26/08/2012

UNE HISTOIRE DU SIECLE PASSE

13 au 15 août 1984: Oui ! Je vous l'avais écrit ! C'était encore le siècle passé.

ANNONCE -- de l'Information ci-jointe .JPG

Plantons le décor. TOURNAI - PARIS non-stop, en moins de 55 heures. Repos la 2° nuit. Distance : 256 km.  --  Les acteurs : le coureur à pied : Michel Evrard, les cyclistes (amateurs) : Jean Roman, moi-même Jacques, mon fils Vincent et mon beau-frère Claude, ce dernier nous rejoignant en cours de route  -  L'intendance et "médecins du Tour" le cas échéant: Raymonde, Nelly et Michèle.

- IPA - Paris - 0001.JPG

 LUNDI 13 AOÛT : Cà y est ! On y est arrivés à ce jour du départ. Cela faisait quelques mois que Michel nous avait parlé d'un rallye à pied et à vélo vers Paris - non-stop - avec pauses pour les repas. Cela nous mettrait sur les routes pour 48 heures au moins. Et pourquoi pas ? Avec l' I.P.A., rien n'est impossible. On devait réussir. Cette fois-ci, pour nous, c'était vraiment un point d'interrogation.

- IPA - Paris - 0002.JPG

De nombreuses personnalités sont présentes au départ de la ... rue de Paris à Tournai. Monsieur l'échevin des sports Horincq, représentant Mr le bourgmestre Raoul Van Spitael, monsieur Delvigne, notre commissaire en chef, monsieur Edmond Leroy, président de notre régionale IPA, Christian Masy, secrétaire, Francis Thiry, trésorier, d'autres amis, des membres de nos familles et des connaissances sont là. N'oublions pas la presse locale et "NO TELE", notre télévision communautaire comme on disait à l'époque, pour quelques interviews et images sortant samedi prochain. Monsieur Horincq nous remet la "Médaille de la Ville de Tournai".

Aux douze coups de ... midi, c'est parti. Des applaudissements ... pourvu qu'on réussisse ! Un tour de la Grand-Place ( ch'étéot acor' possib' à c'momint-là !) pour l'échauffement, la montée de la rue Saint-Martin, la chaussée de Douai vers la France - Devant nous, notre collègue motard Jean-Michel Meaux ouvre la circulation. "Pas trop vite, Jean-Michel !". Nous avançons à douze kilomètres / heure. Les "chéoncq clotiers" sont déjà loin derrière nous, perdus dans la brume. Déjà, la douane belge de La Glanerie. ( Oui ! Les postes de douane avec leurs douaniers sur place, cela existait encore ! ). Une dernière photo avec le comité I.P.A. et des supporters. La France , c'est tout près.

- IPA - Paris - 0003.JPG

de g. à dr. : Ch.Masy, maintenant "binhureux pinsionné", Vincent De Ceuninck, devenu avocat, Michel Evrard - "Où es-tu, Michel ?", le président, commissaire-adjoint Edmond Leroy, hélas DCD, le commissaire en chef Michel Delvigne, aussi "binhureux pinsionné", Jean-Michel Meaux ***, moi-même Jacques DCK, Jean Roman et le douanier belge ... dont je n'ai plus l'identité.

*** J'apprends que notre collègue vient de décéder ce 13/9/2012 à Tournai.

La douane française- Un des douaniers de service veut nous faire remplir les formalités pour "ouvrir la route" ... comme pour le Tour de France, dit-il. C'est vrai qu'il a été brusquement tiré de la routine de son boulot journalier ; alors, le réglement, c'est le réglement. "Dites, Chef, qu'est-ce que vous en pensez, Chef, de cette affaire, Chef ?" "C'est bon, laisse passer '" C'est ainsi qu'après moult explications, " ça lui fait tilt" et on passe sans encombres. Première pause à 14.30H, un peu avant Rieulay à 33 km de "not' béonne ville".

- IPA - Paris - 0004.JPG

Ca creuse le grand air ! Déjà, le soleil se rappelle à notre bon souvenir. Les kilomètres s'amoncellent pendant que Michel pense déjà à son "Marathon de New-York" qu'il courra le 28 octobre prochain. Peuh ! 42 km à côté des 250 de notre trajet - Une paille ... mais qu'il faudra tout de même faire passer.

Aubigny-au-bac ( 52 km - 5 heures de l'après-midi ) - Un superbe cumulonimbus pas loin ! C'est ce terrible et énorme nuage noir avec une averse - non ! Des tonnes d'eau qui nous tombent dessus. Attention aux pieds et aux muscles qui se mouillent ! Nous nous réfugieons dans les voitures, toujours pilotées de main de maître par nos conductrices de " l'intendance". "Et alors, Jean, ça va toujours ?" Il a l'air en forme d'autant plus que c'est la première fois qu'il se lance dans une telle aventure ... et en plus, Roxane, son épouse, n'a pu avoir congé. Pour Vincent, ça pédale aussi, il est déjà venu à Strasbourg avec nous, l'année dernière. ( Il faudra que je vous raconte un jour, cet inoubliable rallye Tournai-Strasbourg en 9 étapes, je crois me rappeler.

- IPA - Paris - 0005.JPG

Une courte pause à Ecaillon - 39 km

Le mauvais temps est passé - 19 heures - un gentil petit café-tabac à Raillencourt-Sainte-Olle ( 62 km du départ ). Elle est bien brave, la tenancière. A table, nous déballons nos victuailles.

- IPA - Paris - 0006.JPG

Michel se soulage les pieds qui le portent déjà depuis 63 km.

- IPA - Paris - 0007.JPG

La nuit est maintenant arrivée. Il fait noir en France dans la campagne. A Sorel-le-Grand (90 km), les voitures continuent tout droit alors qu'il faut virer à gauche. Le mal est vite réparé. Nelly et Raymonde nous rattrapent. On a eu chaud ! "Et le GPS ?" - "En 1984, un GPS , quécèkça ?".

MARDI 14 AOÛT  :  Au 100° kilomètre - 1 heure du matin - Des phares jaunes dans la nuit : une patrouille de gendarmes nous accompagne pendant quelques kilomètres. Et les villages se succèdent : Cartigny, Brie ... pas celui du fromage, Epenencourt et l'arrivée à Nesle ( 130 km ). Sur la place, près de l'église : camping à la belle étoile. Il est maintenant temps de dormir un peu.

- IPA - Paris - 0008.JPG

Les matelas sont étendus sur le tarmac, le long du trottoir. Pas longtemps ! Un camionneur, livreur de fruits pour le marché du matin, réveille Vincent, dormant du sommeil du juste et le fait bouger parce que ... mal stationné dans son sac de couchage. Oui ! Il est à l'emplacement réservé à ce camion. Mais, comme on dit, à la guerre comme à la guerre. Redépart à 6 heures - impossible de l'oublier ... avec l'horloge de l'église qui sonne l'heure à "l'heure moins cinq" et à l'heure exacte, cinq minutes plus tard.

A Avricourt, ( 145 km ) nouvelle pause. Un brin de toilette et le déjeuner - non, le petit-déjeuner, nous sommes en France ! C'est là que Claude et Michèle nous rejoignent à 7 heures, venant directement de Tournai. Michèle renforce notre intendance ; Claude, lui, utilisera un vélo.

- IPA - Paris - 0009.JPG

Nous traversons Longueil-Sainte-Marie (ci-dessous).

- IPA - Paris - 0010.JPG

Cette journée du 14 août avance et nous aussi. Verberie ! son château se pointe bientôt devant nous. Il est 17 heures. C'était trop beau, 191 km sans crevaison. Au km 192 ... Pffff ... c'est mon pneu avant qui donne des signes d'essoufflement et je termine l'étape à pied. Verberie : une nuit au château - nous dormons tous à poings fermés. Verberie - 60667 ) est dans le département de l'Oise, arrondissement de Senlis.

MERCREDI 15 AOÛT  - Michel est parti avant nous. Une heure après, nous remettons nos mécaniques en route. Quand nous le rattrapons, il a déjà fait 16 km ; il est 8 h. 1/2. Court arrêt dans la forêt d'Ermenonville. Tout le monde est en forme. Jean, très émotionné, pense beaucoup à Roxane et à ses enfants mais ça va. Hardi, les gars ! Ca diminue !

- IPA - Paris - 0011 - Forêt d'Ermenonville .JPG

On se compte. Michel, Jean, Vincent, Claude, Raymonde, Nelly, Michèle et moi-même : tout le monde est là. On fonce vers Paris.

Notre petite caravane aborde la RN.17, un axe routier de grande fréquentation vers Paris.

- IPA - Paris - 0012.JPG

- IPA - Paris - 0013.JPG

LE BOURGET - Claude, Jacques, Jean, Michel et Vincent ... très prudents sur la Nationale 2

Il est 15 heures : Traversée du Bourget par la Nationale 2 ...  avec des quadriréacteurs en phase d'atterrissage vraiment à très basse altitude. Michel et moi sommes à pied ; Jean, Vincent et Claude nous escortent à vélo.

Des amis I.P.A, le président R. Schmitt vont nous attendre à l'arrivée toute proche.

- IPA - Paris - 0014.JPG

Deux voitures belges. René Vinchent, Jean-Claude Michel, Jean-Michel Méaux et Patrick Mottart nous ont rejoints.  Petite réception et échange de souvenirs au commissariat de la Porte de la Villette. Nos appareils-photos crépitent, même celui de Jean ... mais il nous semble tracassé en regardant son appareil. Un "terrible" détail le frappe tout-à-coup. Que s'est-il passé ? Cela, vous ne le saurez jamais. Nous en avons tous fait le serment.

- IPA - Paris - 0015.JPG

René Vinchent, Raymond Schmitt (IPA Paris) et Jean-Claude Michel

- IPA - Paris - 0017.JPG

Claude L -  Vincent DCK - Jacques DCK - Jean R - Michel E.

 

 

Première visite de Paris by-night sans "follies". Tout le monde est vidé.

JEUDI 16 AOÛT :  Excursion sur la Seine et retour à terre vers midi avec un copieux repas ... bavarois : "jougroude et pières à folondé". Je crois que nous avons déjà rattrapé les calories perdues sur notre trajet. Toutes les bonnes choses ont une fin. Vers 17 heures, nous quittons nos amis parisiens et nous remontons vers le Nord, comme on dit à Paris.

Quels souvenirs, même presque 30 ans plus tard ; nous pensons à cette sympathie rencontrée en traversant les petits patelins de France, à notre ami Raymond SCHMITT qui s'est coupé en quatre pour nous assurer un court séjour vraiment agréable. (Cher Raymond, où es-tu en 2012 ?) Même encore en ce 28 août 2012, toujours un MERCI, grand comme ça, à tous ceux qui nous ont aidés de près ou de loin à réussir ce périple ; hélas, en regardant les photos, nous constatons bien tristement qu'un certain nombre de ces amis nous "regardent de tout en haut" ... pour ceux qui y croient. Ainsi va la vie !

Jacques De Ceuninck

SERVO PER AMIKECO

Les commentaires sont fermés.